Dans les rues de Sanaa

Au commencement la terre était informe et vide, les ténèbres couvraient l’abîme… Mais l’Esprit de Dieu planait sur les eaux.

Il avait plu, il avait plu, mais plu comme jamais, du Bab-El-Mandeb, la grande porte des pleurs, jusqu’à l’Hadramaout, et le Rub-Al-Khali, ce farouche désert de pierres et de sable, où l’implacable soleil brisait les rochers les plus durs. Toute la terre avait sombré au sein d’un océan sans limites.

Voir la suite…

D’Abou Simbel à Denderah

Parlons un peu de mon héros, Antigone, ce surhomme opposé aux autres Diadoques à la bataille d’Ipsos, Antigone à la tête de son infanterie opposée à une cavalerie extraordinaire qu’on ne verra jamais plus: 500 éléphants de guerre menés par le Séleucide en un tremblement de terre qui ne se produira qu’une seule fois dans toute l’histoire de l’humanité.

Voir la suite…

Mon amie la momie

Tout le monde ne communique pas avec les anciennes divinités. Il faut connaître le code et savourer ces moments comme une fabuleuse ivresse échappant à tout contrôle. C’est ainsi que, dans le reflux d’un infini ressac d’éternité, une momie de trois-mille ans viendra vers nous, à notre rencontre, du fond du désert libyque, émergeant des sables d’un ancien mastaba ruiné.

Voir la suite…

Egypte, dans l’intimité des Rois

Ces clichés 24×36 ont été pris avec un appareil Leicaflex SL sur de la pellicule argentique Kodachrome 25. La qualité exceptionnelle des détails et de la couleur tient en particulier au fait que je n’ai pas utilisé de flash grâce à deux de mes guides, qui avaient confectionné des panneaux réfléchissants permettant de relayer la lumière du jour jusque dans le coeur des tombeaux. De plus, nombre des sites photographiés ne sont désormais plus accessibles. Cette galerie constitue donc un véritable document.

Voir la galerie photos et le diaporama…

Retour forcé à Assab

Allongé à plat ventre sur le château arrière de notre boutre, me voici bien occupé à régler mon vaillant téléobjectif Leica de 180 mm braqué sur le port d’Assab qui se profile à l’horizon, ainsi que sur la côte éthiopienne déclarée zone de guerre et qui comme toute chose interdite, excite ma curiosité au plus haut point.

Ce matin, non sans un incontrôlable serrement de cœur, nous avons quitté les eaux territoriales françaises à Raz-Doumeira et salué le bouquet de palmiers-doum, plantés jadis sur le Cap-Raheita par ce grand seigneur local de la flibuste: Henry de Monfreid.

Ça y est, au poil, j’ai la grande mosquée d’Assab dans le viseur, je vais appuyer sur le déclencheur de prise de vues, mais voici qu’une main vigoureuse m’empoigne l’épaule gauche et me secoue frénétiquement. Je me retourne, furieux. C’est Guy de La Venne, le septième membre de notre groupe de douze, le visage décomposé, qui me lance affolé:

  • Regarde ce qui nous arrive dessus !

Lire la suite…

Aventures aux îles Hanish

Allongé à plat ventre sur le château arrière de notre boutre, me voici bien occupé à régler mon vaillant téléobjectif Leica de 180 mm braqué sur le port d’Assah qui se profile sur l’horizon, sur la côte éthiopienne déclarée « zone de guerre ».

Ce matin, et ce non sans un incontrôlable serrement de cœur, nous avons quitté les eaux territoriales françaises à Raz-Doumeira et salué le bouquet de palmiers-doum, plantés jadis sur le Cap-Raheita par ce grand seigneur local de la flibuste: Henry de Monfreid.

Ça y est, j’ai la grande mosquée d’Assab dans le viseur, je vais appuyer sur le déclencheur mais voici qu’un main vigoureuse m’empoigne l’épaule gauche et me secoue frénétiquement. Je me retourne furieux. C’est le septième membre de notre groupe, le visage décomposé, qui me lance affolé : « Regarde ce qui nous arrive dessus ! »

Je me redresse et aperçois sur tribord un garde-côtes à la mine patibulaire…

Lire la suite…

Les années lointaines

Raoul à 3 ans

En dépit de l’amour profond que me portaient mes parents, j’errais au fil de l’eau, assez abandonné à moi-même je le sais bien, que voulez-vous, c’était inévitable, compte tenu des circonstances. Mais c’est ainsi qu’il me parut un jour tout à fait raisonnable d’entrer dans la voie de la «collaboration». Avais-je d’ailleurs d’autre choix en cette solitude quotidienne d’une prime jeunesse enfuie?

Lire la suite…

Patagonie: la Tragédie humaine

Un Yaghan sur les îles Wollaston, photo du commandant Martial, 1882

Le vent du Horn ravageait la nuit. Il reprenait de la vitesse, brisée par la Cordillère Darwin sur ces terres de l’île Grande à peine ondulées. Il allait aborder la Patagonie australe où s’épanouirait enfin toute sa puissance. Et il irait mourir aux portes de Buenos-Ayres dans un dernier hoquet de pampero.

On entendait venant des profondeurs australes, le Vent du Horn qui poussait sa vague ravageuse, toute pareille à ces lames qui viennent dominer le château arrière des grands voiliers aventurés sous ces latitudes grondantes, soulèvent la coque, tiennent pendant quelques secondes toutes choses en équilibre entre la vie et la mort, et puis s’en vont on ne sait où.

« La nuit commence au Cap Horn », Saint-Loup

Lire la suite…

Monsieur Henri, cuisinier français

  • Je vous présente notre cuisinier frances, Monsieur Henri.

Nous ne l’avions pas entendu venir, de sa démarche silencieuse et feutrée. En forêt, nous n’avions pas eu la chance de croiser El Tigre, le jaguar. Devais-je d’ailleurs le regretter, moi qui ne faisais déjà pas le poids devant un coati, un pissote!

Cet homme n’était pas sans évoquer El Tigre, comme disaient les arpenteurs de brousse. Comment expliquer ce sentiment insolite qui paraissait faire partie de son être intime ? Certes, il n’était plus très jeune mais était grand, sec, plutôt maigre pour un cuisinier, avec un regard d’oiseau de proie, véritable regard de feu, qui accentuait encore le malaise. Même son patron, Folco Lulli, accusait le coup.

Monsieur Henri s’attarda un peu auprès de nous, donna quelques explications sur la cuisine locale, refusa avec courtoisie le verre de cabernet sauvignon qu’on lui proposait et prit congé en inclinant légèrement le buste et en claquant presque des talons.

Lire la suite (deuxième partie de « Dieu est un grand jaguar »)…

Dieu est un grand jaguar

Tezcatlipoca

Oui, Dieu est un grand jaguar qui, le soir venu, hante les rives du fleuve Usumacinta. Le panthéon aztèque célèbre quatre dieux principaux, dont Tezcatlipoca, omnipotent et omniprésent. Associé au ciel nocturne, à l’endroit où sa jambe droite avait été sectionnée par les dents du Monstre de la Terre, il portait un miroir fumant d’obsidienne. Ennemi d’Huitzilopochtli, c’était un grand jaguar dont la peau tachetée ressemblait au ciel étoilé et lui couvrait en permanence les épaules.

Dieu de la Nuit, patron des brigands de grands chemins, des sorciers et des choses mystérieuses, il apparaissait au sein de l’ombre, sous la forme d’un jeune homme décapité avec dans la poitrine, deux portes de bronze qui s’ouvraient et se fermaient en émettant un bruit semblable à celui de la hache qui abat un arbre.

Lire la suite…

Feu l’archange Michael

Et voilà Bernard qui s’énerve au Cambodge. Ce sont sûrement les touffeurs de la mousson. Tu te souviens, Bernard du paysage aztèque / Des prés où poussaient drus la mangue et l’ananas / Des singes, répandant tout le sang des pastèques / Et du blond Empereur qu’on fusilla là-bas ?

Ici aussi l’ambiance reste chargée d’électricité depuis l’annonce de la mort de Michael Jackson, qui nous laisse « tragiquement inconsolables ». On dit maintenant qu’on l’a assassiné. Carrément. Eh oui. Et ce serait son toubib l’assassin. En bref, voici l’histoire. Et elle n’est pas piquée des vers.

Lire la suite…

Avenue Papounet

Pierre, dois-je te rappeler que nous sommes le 6 juillet ? Que c’est aujourd’hui que le Tribunal, qui en a fini avec le chef du Gang des Barbares, Youssouf Fofana, va se pencher sur le cas du docteur NO.

Yes, man le docteur NO, alias Papounet, le père NO, chef de la Horde d’or des Grands Anisés, grand protecteur de la couche d’Eau Jaune. Je te remets les faits en mémoire dans toute leur sécheresse…

Lire la suite…

Le vagabond perdu de Faré-Uté

(Saynète en quatre actes)

Acte 1, Pont-Croix, avril 1973

Au volant de ma robuste Volvo rouge, framboise écrasée, magnifiquement détendu et impavide selon ma bonne vieille habitude, Je fonce vers Plogoff à la suite d’un appel de routine.

Soudain, au niveau de Lannéon, voici un auto-stoppeur d’aspect fort civil et sympathique, que j’embarque dans la foulée.

  • Alors, comme ça, Vous venez de loin ?
  • Non, non, j’habite Pont-Croix.
  • Ah bah, moi aussi !

C’était un grand bonhomme barbu, plutôt bien alluré, infiniment courtois et avenant, bientôt chaleureux dans le feu d’échanges improvisés à bâtons rompus.

Lire la suite…

Une étrange rencontre sur le Zocalo de Villa Hermosa

  • Désirez-vous un peu de champagne avec votre caviar ?

Penchée sur Bernard et Geneviève, l’hôtesse de l’air d’Aeroméxico sollicitait avec une déférence d’un autre temps l’attention des hôtes, à une époque où les transports aériens ne s’étaient pas encore démocratisés.

Axayacatl, empereur aztèque de 1469 à 1479

Le Boeing 777 venait depuis seulement quelques heures de quitter Paris-Charles-de-Gaulle et nous n’appartenions déjà plus à ce monde car nous avions la troublante impression que le pays de Moctezuma-Xocoyotzin, Le Seigneur de la Maison de l’Aurore, allait soudain nous sauter à la gorge avant de nous coucher sur le Chaac-Mool du temple d’Huitzilopochtli à Tenochtitlan, et de nous offrir une place, notre place, sur le Tzompantli sacré d’Axayacatl.

Comment ne pas ouvrir ici une parenthèse, destinée d’emblée à vous mettre dans l’ambiance du Mexique ancien ?

Lire la suite…

Avec Bernard à Palenque

Bernard, mon vieil ami Bernard est mort ce matin en cueillant des roses dans son jardin. Cette mort est survenue de manière si soudaine qu’elle lui a évité désespoir et inutile souffrance

Cher Bernard, comment cette amitié de plus d’un demi-siècle a-t-elle pu germer, se développer et se maintenir tout au long de ces merveilleuses années ? Je crois que je le sais, moi.

C’est Alberto qui m’a fait craquer, Alberto, cet homme au destin extraordinaire avait scellé notre groupe pour la vie, jusqu’à ce jardin de roses au soleil levant, et l’ombre qui guette, sournoise derrière un massif de rhododendrons.

Le Chevalier, la Mort et le Diable / Albrecht Dürer

Bernard, Alberto et Raoul, c’était un peu Le Chevalier, la Mort et le Diable d’Albrecht Dürer, et surtout et, surtout, ne commencez pas à chercher qui est qui.

Lire la suite…

Pêcheur d’hommes

« Pourquoi, comment, alors qu’il faisait si beau ? Et ce médecin de service qui s’est précipité dès qu’on l’a appelé, a plongé pour tenter d’enrayer le drame, j’aimerais bien savoir qui c’était ! Un médecin qui plonge pour aller secourir quelqu’un, ça c’est un sacré bonhomme ! », s’exclame François, plein d’admiration, revivant, toujours impressionné par les capacités et l’engagement total du médecin, découverts lors de cette scène si étonnante. Après bien des recherches, nous avons retrouvé le fameux médecin de service, remplaçant du Dr. Hascoët, à Plounevez-Lochrist.

(Extrait du livre « Je serai pêcheur d’hommes » de François Mic et Bénédicte Feat)

Lire la suite…

Mon père, médecin accoucheur à moto…

Le phare du Millier, photo Ronan Follic

Connaissez-vous le phare du Millier ? A deux pas de Beuzec-Cap Sizun, il est l’un des rares phares « en terre » mais le fait de n’être pas prisonnier de l’océan ne le rendait guère plus accessible, du moins à l’époque. En 1943, c’est à moto que mon père, médecin à Pont-Croix, y fut appelé pour un accouchement des parents Malgorn, en charge du phare.

Cet épisode fut relaté bien longtemenps plus tard, en 1968, dans un article de presse que je viens de retrouver au fond d’un carton. Je ne résiste pas à le partager avec vous…

Lire la suite…

Mystérieux touriste allemand à Ceylan

C’est vrai qu’on ne peut pas comparer Bali à Ceylan mais je dois dire que, personnellement j’ai de beaucoup préféré Ceylan. Bali est une petite île, certes, un petit paradis, hormis les discothèques de Denpasar, quand elles sautent ! Ceylan est un univers d’une prodigieuse richesse. Je ne vais pas m’attarder, une anecdote seulement que j’ai gardée en mémoire…

Lire la suite…

Repas catalan

Le si étrange pays de Carlos Puygdemont ! Mon Dieu ! Les Catalans ! C’est simple, ils sont tous surexcités-frénétiques, pratiquement tous. Eh oui !

J’ai même entendu un barbu déchaîné qui criait au complot. S’adressant à une serveuse soucieuse de le calmer : «No me quiebres el culo, guapa, si Valls est élu maire de Barcelone, il fera venir Hollande pour être président de la Catalogne, claro que si!»

Je dois dire que la plongée profonde au sein de l’univers autonomiste catalan venait de me donner un grand coup de jeune, dans le style des aventures de Jack Palmer au sein de l’Affaire corse. Un invraisemblable sympathisant m’avait introduit au débotté dans une taverne borgne, non pardon : louche, métamorphosée en repaire autonomiste.

Mais quelle soirée ! Quelle soirée !

Lire la suite…

Polynésie, le goût du malheur

Mon grand-père, Joseph Jacq, et deux autres officiers étaient assis au bout de la plage, sur un petit appontement qui affrontait le grand cercle luisant de la mer dormante. Jamais la béatitude n’avait exulté davantage qu’à cet instant mais le sentiment de leur solitude infinie, de leur insularité était sur eux. Mon grand-père parlait à phrases rompues de cette douceur de l’île, si envoûtante, si lourde à porter cependant, où l’on sentait toujours, malgré tout, comme un vide, une absence, un trou dans le bonheur, que rien ne parvenait à combler. Les Maoris aussi sentaient cela.

Lire la suite…

Loti en mémoire

Oh ! comment dire l’émotion de voir réapparaître, sous ces nuages de deuil d’un orage qui s’annonce, cette cour silencieuse des ancêtres ? Devant la façade intérieure aux auvents fermés, ce vieux perron, ces vieilles dalles verdies, tout cela envahi par la mousse et les herbes. Je ne prévoyais pas ces aspects de cimetière. Ni les morts, chez les aïeules mortes.

Lire la suite…

Le réveillon de Lézarouan

« La gaieté, au fond c’est un camouflage. Je ressens très fort la douleur du monde, la Weltschmerz, mais je ne le dis jamais. Le tragique du siècle m’a beaucoup agité. »

Raoul & ses collaborateurs vous présentent

« Castigat ridendo mores ! »

Avec foie gras truffé, spécialement revisité par

Sixtine Baader et Pierre-Baptiste Lambert, éleveurs-gaveurs à Ribeauville

Huîtres Gillardeau de Marennes-Oléron

Saumon fumé Fairbanks du bas-Saskatchewan

Gigot de mouton pompe du plateau du Larzac

Bavette de bœuf black angus

Grand plateau des fromages de France

Et, pour finir,

Vacherin aux framboises de l’Esterel

Issu des laboratoires Hervé Bourdon & fils.

Mais aussi, j’allais l’oublier, avec Jean-Sébastien Bach et son orchestre ! Tout un programme, n’est-ce pas ? Ce n’est plus un réveillon mais une épopée. Et je vous la livre ici toute crue, cette chanson de geste.

Lire la suite…

Un parachutage sportif aux îles Marquises

  • Alors Lélias, encore retour de mission ?
  • Eh oui, commandant j’arrive de Nuku-Hiva. 
  • Encore ! Mais il n’y a pas de contamination là-bas, vous passez votre temps aux Marquises et je suis sûr que vous n’avez jamais mis les pieds à Mururoa ?
  • Non, je n’y tiens pas, je suis allergique à la radioactivité et puis, pour les prélèvements, nous avons là-bas nos gars sur place, les vétérinaires capitaines Desvalls et Boutet.
  • Si nous avions là l’homme de la situation ? Il connaît l’archipel, il y a fait la connaissance d’un autre furieux impossible, l’administrateur Marc Perret, et les voilà bien évidemment copains comme cochons. Même dangereux, comme il dit, il est médecin, qu’en pensez-vous ?

Lire la suite…