Feu l’archange Michael

Et voilà Bernard qui s’énerve au Cambodge. Ce sont sûrement les touffeurs de la mousson. Tu te souviens, Bernard du paysage aztèque / Des prés où poussaient drus la mangue et l’ananas / Des singes, répandant tout le sang des pastèques / Et du blond Empereur qu’on fusilla là-bas ?

Ici aussi l’ambiance reste chargée d’électricité depuis l’annonce de la mort de Michael Jackson, qui nous laisse « tragiquement inconsolables ». On dit maintenant qu’on l’a assassiné. Carrément. Eh oui. Et ce serait son toubib l’assassin. En bref, voici l’histoire. Et elle n’est pas piquée des vers.

Lire la suite…

Avenue Papounet

Pierre, dois-je te rappeler que nous sommes le 6 juillet ? Que c’est aujourd’hui que le Tribunal, qui en a fini avec le chef du Gang des Barbares, Youssouf Fofana, va se pencher sur le cas du docteur NO.

Yes, man le docteur NO, alias Papounet, le père NO, chef de la Horde d’or des Grands Anisés, grand protecteur de la couche d’Eau Jaune. Je te remets les faits en mémoire dans toute leur sécheresse…

Lire la suite…

Le vagabond perdu de Faré-Uté

(Saynète en quatre actes)

Acte 1, Pont-Croix, avril 1973

Au volant de ma robuste Volvo rouge, framboise écrasée, magnifiquement détendu et impavide selon ma bonne vieille habitude, Je fonce vers Plogoff à la suite d’un appel de routine.

Soudain, au niveau de Lannéon, voici un auto-stoppeur d’aspect fort civil et sympathique, que j’embarque dans la foulée.

  • Alors, comme ça, Vous venez de loin ?
  • Non, non, j’habite Pont-Croix.
  • Ah bah, moi aussi !

C’était un grand bonhomme barbu, plutôt bien alluré, infiniment courtois et avenant, bientôt chaleureux dans le feu d’échanges improvisés à bâtons rompus.

Lire la suite…

Pêcheur d’hommes

« Pourquoi, comment, alors qu’il faisait si beau ? Et ce médecin de service qui s’est précipité dès qu’on l’a appelé, a plongé pour tenter d’enrayer le drame, j’aimerais bien savoir qui c’était ! Un médecin qui plonge pour aller secourir quelqu’un, ça c’est un sacré bonhomme ! », s’exclame François, plein d’admiration, revivant, toujours impressionné par les capacités et l’engagement total du médecin, découverts lors de cette scène si étonnante. Après bien des recherches, nous avons retrouvé le fameux médecin de service, remplaçant du Dr. Hascoët, à Plounevez-Lochrist.

(Extrait du livre « Je serai pêcheur d’hommes » de François Mic et Bénédicte Feat)

Lire la suite…

Mystérieux touriste allemand à Ceylan

C’est vrai qu’on ne peut pas comparer Bali à Ceylan mais je dois dire que, personnellement j’ai de beaucoup préféré Ceylan. Bali est une petite île, certes, un petit paradis, hormis les discothèques de Denpasar, quand elles sautent ! Ceylan est un univers d’une prodigieuse richesse. Je ne vais pas m’attarder, une anecdote seulement que j’ai gardée en mémoire…

Lire la suite…

Repas catalan

Le si étrange pays de Carlos Puygdemont ! Mon Dieu ! Les Catalans ! C’est simple, ils sont tous surexcités-frénétiques, pratiquement tous. Eh oui !

J’ai même entendu un barbu déchaîné qui criait au complot. S’adressant à une serveuse soucieuse de le calmer : «No me quiebres el culo, guapa, si Valls est élu maire de Barcelone, il fera venir Hollande pour être président de la Catalogne, claro que si!»

Je dois dire que la plongée profonde au sein de l’univers autonomiste catalan venait de me donner un grand coup de jeune, dans le style des aventures de Jack Palmer au sein de l’Affaire corse. Un invraisemblable sympathisant m’avait introduit au débotté dans une taverne borgne, non pardon : louche, métamorphosée en repaire autonomiste.

Mais quelle soirée ! Quelle soirée !

Lire la suite…

Loti en mémoire

Oh ! comment dire l’émotion de voir réapparaître, sous ces nuages de deuil d’un orage qui s’annonce, cette cour silencieuse des ancêtres ? Devant la façade intérieure aux auvents fermés, ce vieux perron, ces vieilles dalles verdies, tout cela envahi par la mousse et les herbes. Je ne prévoyais pas ces aspects de cimetière. Ni les morts, chez les aïeules mortes.

Lire la suite…

Le réveillon de Lézarouan

« La gaieté, au fond c’est un camouflage. Je ressens très fort la douleur du monde, la Weltschmerz, mais je ne le dis jamais. Le tragique du siècle m’a beaucoup agité. »

Raoul & ses collaborateurs vous présentent

« Castigat ridendo mores ! »

Avec foie gras truffé, spécialement revisité par

Sixtine Baader et Pierre-Baptiste Lambert, éleveurs-gaveurs à Ribeauville

Huîtres Gillardeau de Marennes-Oléron

Saumon fumé Fairbanks du bas-Saskatchewan

Gigot de mouton pompe du plateau du Larzac

Bavette de bœuf black angus

Grand plateau des fromages de France

Et, pour finir,

Vacherin aux framboises de l’Esterel

Issu des laboratoires Hervé Bourdon & fils.

Mais aussi, j’allais l’oublier, avec Jean-Sébastien Bach et son orchestre ! Tout un programme, n’est-ce pas ? Ce n’est plus un réveillon mais une épopée. Et je vous la livre ici toute crue, cette chanson de geste.

Lire la suite…

Madagascar: vas-y, vasaha !

Les années avaient passé et Philippe était resté désespérément seul. Autour de lui, tous ses copains – et Dieu sait s’il en avait : Dédé le garagiste, Jeannot le mécano, François l’assureur, Jacquou le négociant en pinard, tous les potes, quoi – étaient mariés, chargés d’enfants et de petits enfants. Voilà-t-il pas qu’en 2014, par le plus grand des hasards, notre ermite batracien découvre Meetic et les résosocios. Merveille des merveilles, Filou peut enfin s’avancer masqué, nouer des relations féminines solides. Et ça marche !

Lire la suite…

Otto, un pharmacien blindé

Il émanait de cet étrange individu comme une impression générale de calme, de sérénité souriante, bienveillante mais si lointaine, à vous en donner le vertige. Et pourtant, en l’examinant bien dans les yeux, j’ai soudain cru découvrir quelque chose d’insolite, de presque inquiétant, comme l’émanation d’une force obscure, d’une fantastique puissance inattendue et contenue.

En réalité, il était trop beau pour être vrai. Trop exact dans son rôle si bien léché. Il y avait autre chose derrière son regard moqueur. Mais quoi donc ?

Lire la suite…

S’il te plaît, dessine-moi les Maldives !

J’ai vécu seul ! Sans personne avec qui parler véritablement, jusqu’à ce vol de Colombo en direction des Maldives. C’était il y a bientôt 33 ans.

Rien ne s’était cassé dans mon moteur – encore heureux – et comme je n’avais pas avec moi de mécaniciens mais de nombreux passagers, tous italiens, je me préparais à réussir tout seul une semaine d’exploration sous-marine aux Maldives.

Lire la suite…

Ulysse et Nausicaa

Nous allons l’appeler Ulysse mais c’est Ulysse à la parole ailée. Et notre Ulysse est beau, diablement beau même ! Une épaisse chevelure blonde dévale en boucles drues de marée montante sur un front large et puissant. Il émane de son regard de fauve comme une chaude lumière de soleil levant. On dirait de l’or liquide qu’un emportement soudain peut d’ailleurs strier de vert mais ça, c’est une autre histoire !

Lire la suite…

Staline et Joukov

J’avais autrefois un vieil ami qui vivait à Moscou et qui, grâce à ses occupations souterraines, fréquentait beaucoup la « Nomenklatura ». Je l’avais totalement perdu de vue mais voici qu’un jour, on demande à ma sœur, employée par Air-France où elle faisait fonction d’hôtesse de l’air, de s’occuper tout particulièrement d’un V.I.P. au cours d’un vol Paris-Moscou.

Lire la suite…

Le déserteur de l’Altiplano

Je reviens de la mairie de Plouhinec, la gorge un peu serrée car une petite cérémonie très émouvante vient d’y être organisée.

Elle nous ramène à une époque où le monde était si grand et, par voie de conséquence, le voyage une entreprise si exaltante ! Tu vois, nous avons eu la chance insigne de ne pas arriver trop tard pour la connaître, cette aventure, mais on peut dire quand même que c’était vraiment in extremis.

Lire la suite…

Rhapsodie nantaise

J’aimerais ce soir dédier ce récit à ma petite et si charmante Nicole Dion, de Mouilleron-en-Pareds, morte toute seule à l ‘âge de sept ans, dans la nuit du 6 Janvier 1959, à l’hôpital de Nantes.

Sans doute parce que ce monde n’était alors pas fait pour le séjour des Anges.

Un soir, je lui ai pris la main et je lui ai promis de la guider un jour vers les plus beaux Chemins du Monde mais, le lendemain matin, elle n’était plus là, disparue dans la nuit, refusée à l’aube nouvelle. En emportant ce dernier rêve.

Son vieux médecin qui ne l’a jamais oubliée

Lire la suite…

Baïkal-sur-Goyen

Voilà un fabuleux livre, oh que oui ! qui a marqué ma prime jeunesse :

« MICHEL STROGOFF »

Que je vous explique :

Du haut de sa chaire, en ce chaleureux mois de mai, le révérend abbé Sébastien Gougay, supérieur du séminaire de Pont-Croix, soliloquait dans la moiteur printanière d’une « Retraite » à la Sainte-Vierge de six jours.

De temps en temps, il jetait un coup d’oeil à la fois bienveillant, mais de plus en plus intrigué sur l’élève de sixième penché sur son missel… qu’un tremblement de terre n’aurait pu distraire de sa méditation.

Lire la suite…